Poésie furtive "A twombly"

18. A Twombly

L’air de rien,
Je m’y suis perdu
Dans ce ni faire ni à faire,
Je trouve le repos de l’âme,
Feuille à peine habillée,
Fouille archéologique dans les nuages,
Mots déposés entre deux surfaces,
Nausée, indigestion,
Dentelles de Satan
Déguisée en ange,
Lumière blafarde
Lait chirurgical
Papiers épais et précieux
A peine effleurés,
Le pire
Comme le mineur
Au fond des latrines
Matières fécales,
L’enfance de l’art,
Comment le dire ...
Comment le décrire,
Des mots sourds, acides,
De grands noms, Montaigne, Valéry,
Je hausse les épaules
Et je fais demi-tour,
A quoi bon
La peau du mystère brûle
Sous un soleil
Jamais dévoilé,
Lambeau de langage
Clandestin
Dans sa nudité absolue
Blanche,
Et puis du sang,
Le sien,
Règles divines
Orgie sous la menace,
Il faut faire vite,
En laisser le moins possible,
Du reste, le monde est déjà tellement plein
Ne rien rajouter,
Ne laisser qu’une trace élégante,
Puis la gommer
La dévorer
Personne ne doit savoir...

Vincent Prud'homme
24/07/23